Journal d'une confinée

Journal d’une confinée #33 : en avant les histoires !

Samedi 18 avril

Confinement : J33 // Ressenti : une montagne de petites pièces

@Céline Plunian

Cher corona,

Aujourd’hui, c’est samedi. Et samedi, c’est week-end (et non ravioli). À cause de toi, on perd un peu la tête face aux jours de la semaine. Encore ce matin, ma fille m’a demandé : « on est quel jour déjà aujourd’hui ? ». Et tu sais quoi : on a réfléchi ! Oui, on a réfléchi. Il faut dire qu’en ce moment, on met un peu samedi avec dimanche. Et ce n’est pas très pratique quand on sait que la petite doit apprendre tous les jours de la semaine dans le bon ordre.

Bref, aujourd’hui, c’est samedi. Et samedi, on s’est promis de ne pas bosser. Pas de chance, aujourd’hui c’est jour de pluie. Et pour une fois, la célèbre phrase « ça fera du bien au jardin » n’est pas la première que nous avons prononcée. L’atelier basket et l’atelier potager en plein air tombent à l’eau. Tant pis, on va mettre le nez dans les jouets des enfants : ça va nous remettre à flots. Nous remettre à flots, alors là, on ne croit pas si bien dire.

Les filles ont la bonne idée de sortir tout leur petit monde Playmobil de leur placard. Avec mon aide, bien sûr. Leur monde Playmobil se résume en trois belles caisses taille XXL avec château de princesse et jardin d’enfants. Cela fait longtemps qu’elles n’ont pas mis leur nez dans ces jouets. Je suis ravie : développer son imagination, rien de tel un jour de pluie. Bon, j’ai rapidement compris pourquoi cela faisait si longtemps qu’elles n’avaient pas mis leur nez dans les Playmobil. Tout est sens dessus-dessous ou sens dessous-dessus, comme tu préfères. Pas de bol pour les filles : mon esprit confiné a développé une maniaquerie particulièrement aiguisée et une envie de rangement particulièrement tenace. Pas de bol pour elles.

Ni une, ni deux, je me retrouve le nez dans les caisses à classer les petits accessoires : les chapeaux et les cheveux d’un côté, les mini-couverts et les microscopiques petites fleurs d’un autre. Au début, ça amuse beaucoup les filles. Il faut dire que je suis mon rôle de mère pédagogue très au sérieux : « on joue toujours mieux quand c’est bien rangé !». Bon, après la trentième petite fleur (mais qu’est-ce qu’ils ont Playmobil en en mettre partout comme ça ?), je vois à leur tête que ce n’est pas trop l’idée qu’elles se sont faites de leur matinée. Playmobil, en avant les histoires ? Ben, il faudra attendre un peu !

Au bout de trois quart-heure, monsieur vient me prêter main forte. En même temps, je commence à galérer avec l’escalier du jardin d’enfant et je ne sais vraiment pas où va cette petite pièce en plastique bleue. Monsieur a pris son rôle d’architecte pédagogue encore plus au sérieux : « c’est important de reconstruire à l’identique ». Au passage, je lui rappelle que tout va être détruit en moins de deux, mais monsieur est un têtu.

À ce moment-là, on a perdu les filles : l’une aligne les mini chiens par ordre de taille, l’autre est dans son lit les pieds en l’air et la tête en bas. Quant à la plus petite, c’est à ce moment-là qu’elle choisit de renverser tous les petits pétales ramassés. Et voilà, monsieur et moi, le derrière en l’air, en train de fouiller dans les poils du tapis à la recherche des précieux micro-accessoires. À ce rythme, on aura fini à la fin du confinement de la prochaine pandémie. Je suis à deux doigts de passer l’aspirateur pour tout faire disparaître.

On ne s’en sort pas si mal : en quelques heures, tout est remonté. Pour les petites pièces, je les jette en vrac discrètement dans une boîte. Ni vue, ni connue. Il faut dire que je suis mon rôle de mère pédagogue toujours aussi au sérieux : « on rangera quand vous aurez fini de jouer, hein ? ». Et là, j’entends une petite voix demander : « tu ne peux pas plutôt sortir les Barbie ? ». Bon, je crois que c’est l’heure de l’apéro. Allez, en avant les histoires !

La rédac' en basket

hello@laredacenbasket.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *