Journal d'une confinée

Journal d’une confinée #51 : sortie masquée

Mercredi 6 mai

Confinement : j51 / ressenti : planète 51

@Céline Plunian

Cher corona,

Aujourd’hui, j’ai fait un truc que je n’avais pas fait depuis deux mois, un truc de fou, un truc de ouf. Attention, accroche-toi (mais pas trop quand même) : je suis sortie ! Oui, moi, pantouflarde forcée, hypocondriaque assumée, agoraphobe découverte, je suis sortie plus loin que le bout de ma rue, plus loin que le bout de mon quartier. Dingue, non ?

Bon, je ne suis pas partie au bout du monde non plus. Je suis allée à la pharmacie. De mon quartier. À pieds. Et c’est monsieur qui a insisté.

Pour sortir, j’ai hésité entre le masque chirurgical, le masque en tissu, la visière de protection, la combinaison de spationaute. Ca m’a fait rire, c’est la première fois que je me préoccupe de ce que je vais porter sur la tête. Finalement, j’ai opté pour l’écharpe, genre « j’ai froid mais je me protège quand même ».

Alors quand tu n’as pas affronté l’extérieur depuis deux mois, tu as l’impression de redécouvrir le monde. Dans la rue, rien n’avait changé. Dans le quartier, rien n’avait changé. Dans l’avenue, rien n’avait changé. Je t’avoue que j’ai été un peu déçue. Ce n’est pas que je souhaitais une ambiance Walking Dead ou la Guerre des Mondes, mais à force de vivre dans ma bulle ou dans ma grotte (à toi de choisir si t’es optimiste ou pessimiste), je m’étais fait une idée que le monde extérieur avait changé.

En fait, c’est juste une illusion, comme une bulle de savon. Les rues sont toujours pareilles ni trop propres, ni trop sales. Les gens sont toujours vivants ni trop propres, ni trop sales. J’ai vu des voitures qui roulent, des vélos qui roulent, des trottinettes qui roulent, des passants qui promènent, des enfants qui pédalent, des chiens qui… Oui, il y avait plus de monde que je ne l’avais imaginé.

Le seul truc qui change, c’est cette valse masquée (oyé, oyé). Le masque : y’a ceux qui le portent pas du tout, en papier, en tissu, vert chirurgical, vert à fleurs, sous le menton ou accroché à leur rétro intérieur… La valse : ce sont ces curieux jeux de jambe pour éviter de se croiser, ces « je vous en prie », « non c’est à vous », « allez-y, mais pas trop près »… Dans cette valse masquée, je me sens un peu gauche, pas habituée. Mention spéciale à la pharmacie qui a tellement joué la carte de la distance que j’étais ravie de ne pas être venue pour acheter une crème pour les hémorroïdes.

J’ai fini ma petite virée le nez en l’air comme si je redécouvrais la ville. Le ciel était bleu. Les oiseaux chantaient. Bref, rien n’avait changé. Rien ne semblait n’avoir changé. De retour à la maison : je me suis lavée quinze fois les mains et je me suis plongée dans un bain de gel hydroalcoolique. Un autre truc que je n’avais pas fait depuis deux mois, et ça, ça ne m’avait pas trop manqué.

La rédac' en basket

hello@laredacenbasket.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *