Journal d'une confinée

Journal d’une confinée #50 : shiva es-tu là ?

Mardi 5 mai

Confinement : j50 / ressenti : une armée de problèmes de maths

@Céline Plunian

Cher corona,

Tu connais Shiva, le dieu représenté avec de multiples bras ? Ben, c’est moi. J’aurai pu prendre l’Hydre de Lerne représenté avec de multiples têtes, mais j’ai trouvé cela moins divin et plus monstrueux. Et puis, des bras multiples, c’est quand même plus pratique.

Comme Shiva, j’ai l’impression d’avoir un bras par combat. Il faut avouer que question polyvalence j’ai acquis au fil des ans (et des enfants) un peu d’expérience. Je suis fière d’avoir la capacité d’ouvrir un yaourt, tout en sucrant un autre et en évitant qu’un autre encore ne tombe. Je me demande si ça peut faire l’objet d’une ligne dans un CV, tiens ? En plus, dans le cadre du confinement, j’ai désormais atteint le niveau expert.

Aujourd’hui était une journée particulièrement polyvalente. Et j’aurai aimé être une Shiva puissance 3, parce que j’avais une liste de choses à gérer aussi longue que ses multiples bras. Côté pro, j’avais du boulot. Côté perso, j’avais des enfants.

En l’espace d’une journée (qui dis-je, en l’espace de quelques minutes), je suis passé d’une discipline à une autre, d’un problème à un autre, d’une mission à une autre, d’une tâche à une autre… Dis, y’a de quoi virer schizophrène, non ?

Y’a eu les problèmes de mathématiques : « maman a quinze biscuits et trois enfants. Combien de biscuits par enfant ? » J’ai eu envie de répondre : « elle s’en fout, elle bouffe tout », mais ma fille n’aurait rien appris de la division. En même temps, une autre des filles avait des problèmes de sciences et d’alimentation. Je me suis demandé si je ne pouvais pas en faire un problème commun, tiens. En tous cas, ma fille m’a démasquée : « on ne mange pas équilibré en fait, j’ai mis qu’on avait mangé une banane au lieu d’une glace pour que ça soit mieux ». Petite maligne, je vais te filer des épinards à midi, moi.  

Puis, on a enchaîné encore sur la bouffe, mais cette fois-ci en anglais. Je soupçonne l’enseignant d’être en manque de resto. J’ai entendu une petite voix me demander comme on disait « courgette » en anglais. « Comment je peux le savoir, j’ai fait allemand lv1 », ai-je répondu. Pour éviter qu’elle me demande comment on dit « courgette » en allemand, j’ai vite enchaîné : « Je sais dire chou-fleur si tu préfères ? ».

Après y’a eu du français (« maman, on dit des pétales… des pétaux ? »), des maths (« 9 x 2, c’est pareil que 2 x 9 ? »), des masses (« un chat, ça pèse bien 4 kg, et pas 4 tonnes ? »), des épellations (« comment on écrit un posteur ? »), de la culture générale (« tu savais que les dauphins ont une narine sur la tête ? »), j’en passe et des meilleurs. J’adore leurs remarques et leurs réflexions sur toutes ces petites questions. Je me suis dit que les enseignants devaient se marrer avec autant d’enfants et je m’en suis voulu de ne pas avoir toujours de temps à leur accorder (à mes enfants, hein, pas aux enseignants).

Dans la même journée, j’ai enchaîné avec le repas du midi, l’interrogation de la petite dernière sur l’histoire de Poulette la poulette, un envoi de mails, une facture, deux devis et une écriture de textes…  Oui, aujourd’hui, j’étais un peu Shiva. Bon, en fin de journée, j’ai jeté un œil à mon panier de linge à plier. Un, deux, trois ou dix bras, y’a des trucs qu’on n’aime toujours pas faire…

La rédac' en basket

hello@laredacenbasket.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *